jacques-arago-banniere

Jacques Arago

jacques-aragoJacques Arago, né en 1790 à Estagel, études à Perpignan, puis au collège de Montpellier et à la faculté de droit de Toulouse. Il fait payer par son père un remplaçant à ses obligations militaires. A 19 ans il épouse Marie-Antoinette Catherine Brunet dont il aura 2 garçons, l’un mourra enfant.

Les voyages le tentent, l’aventure aussi, le dessin est le terrain de son premier talent. Il part sans se soucier de son épouse, ni de ses enfants. Il parcourt le bassin méditerranéen le crayon à la main. Il entreprend un voyage autour du monde, Son frère François, intervient auprès de Louis Claude de Freycinet. Littérateur, dessinateur habile, Jacques bénéficie en 1817, il à 27 ans, d’une exceptionnelle faveur : être embarqué par Freycinet sur l’Uranie, pour un voyage scientifique dans le Pacifique. Il obtient un traitement intéressant et les avantages des officiers de marine.  Il sera le dessinateur de l’expédition.

L’Uranie quitte Toulon le 17 septembre 1817, Elle est victime d’un ouragan au large de la Terre de Feu en février 1820. Après des mois d’immobilisation aux Malouines et à Montevideo, le retour s’effectue sur une embarcation d’emprunt, la Physicienne, en novembre 1820. De ce périple, Jacques Arago rapporte récit, illustrations, souvenirs, qu’il diffusera de diverses manières, et surtout dans un livre, son œuvre majeur « Le voyage autour du monde ».

En 1851 Jules Verne rencontre Jacques Arago et l’écoute raconter les terres lointaines, il s’en inspirera pour décrire des lieux où il n’est jamais allé.

Il délaisse femme et enfants et se déplace constamment, de 1823 à 1828 il est à Bordeaux où il fonde le Kaléidoscope, « journal de littérature, des modes et des théâtres », qui disparaît vite en 1829. Il part à Toulouse et lance La Bombe, passe par Lyon et, en  1835, échoue à Rouen : il est à la tête d’une publication nouvelle, « Qui Vive » et dit-on dirige le théâtre de la ville ? Il écrit de petites pièces pour le Vaudeville pendant 25 ans, il diffuse dessins et caricatures. Au milieu de publication sans grand intérêt, comme « Physiologie de la femme entretenue « , il écrit : Pujol, chef des Miquelets » et « promenades historiques, philosophiques et pittoresques dans le département de la Gironde », ainsi que « Le Voyage », « Deux Océans », « Chasses aux bêtes féroces ». A partir de 1837, comme ses frères et sœurs, il est atteint de cécité, à cause du diabète.

Il épouse  Victorine Louise Angélique Pleurs, dite Victoria, chanteuse. Il écrit sur l’histoire de Paris de 1841 à 1852, sur l’insurrection de juillet 1848. Il meurt à Rio de Janeiro en 1854, après un périple aux Marquises, en Nouvelle-Calédonie et à Tahiti.

Souvenirs d’un aveugle, Voyage autour du Monde

Ci-dessus et ci-dessous photos tirées du livre « Souvenirs d’un aveugle, Voyage autour du Monde » par Jacques Arago (Collection particulière) photos C.M.C.