Les Arago

Les Arago famille de Pages (paysans propriétaires), originaires de Tautavel, s’installent à Estagel vers 1635, dans la maison qui sera au XXème siècle une pharmacie.

La famille Arago

pharmacie-durand-maison-aragoAux confins des Corbières, le petit village d’Estagel a vu naître et se développer une famille emblématique du Roussillon : la famille Arago. Il s’agit d’abord d’une famille de paysans aisés (pages) dont un fils, François Bonaventure, né en 1754, fait ses études de droit avant de devenir premier consul d’Estagel en 1786-1787. Dès qu’éclate la Révolution Française, il se rallie au nouveau régime et devient maire d’Estagel, juge de paix du canton, membre du Directoire départemental, avant d’en être élu président. Il a épousé en 1778, Marie Roig qui devait lui donner onze enfants : le sculpteur David d’Angers a fait d’elle un de ses plus admirables portraits qui se trouve aujourd’hui au musée Rigaud de Perpignan.

Entre tous les fils de François Bonaventure Arago se détache la figure exceptionnelle de François, né en 1786, membre le plus éminent de la famille. En 1803, âgé de 17 ans, il est admis à l’école Polytechnique, dans l’un des premiers rangs de sa promotion. Entre 1806 et 1809, il fait un séjour mouvementé en Espagne afin de mesurer l’arc du méridien terrestre. Il devient ensuite professeur dans la prestigieuse école, astronome au bureau des longitudes, directeur de l’Observatoire. Il est reçu membre de l’Académie de Sciences à 23 ans. Ses travaux de physique et d’astronomie le place parmi les premiers savants de son temps : ils portent sur la théorie ondulatoire de la lumière et l’électromagnétisme, comme sur le diamètre des planètes ou la chromosphère solaire. Il invente l’électro-aimant.

François Arago est également un homme politique, l’un des chefs de file du parti républicain sous la Monarchie de Juillet : il est constamment élu des Pyrénées-Orientales entre 1831 et 1848. A cette date il recueille 98,98°/° des suffrages. Élu également à Paris, il choisit de représenter la capitale. Il lutte pour l’établissement du suffrage universel et pour l’abolition de l’esclavage. Devenu membre du gouvernement issu de la révolution de 1848, ministre de la Marine et des Colonies, il signe le décret d’abolition. Modéré, il se prononce contre l’insurrection de juin 1848 et en approuve la répression, mais condamne le coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte, en 1851 et refuse de prêter serment au gouvernement qui en est issu. Il meurt à Paris, en 1853.

Son frère, Étienne, né en 1802 à Perpignan, a été un homme de théâtre, auteur à succès et directeur du Théâtre du Vaudeville, en 1829. Mais il est connu surtout pour ses activités politiques à caractère républicain, sous la monarchie de Juillet. Élu en 1848 dans les Pyrénées-Orientales, avec 70°/° des voix, il devient Directeur Général des Postes et créateur du timbre poste. Opposant sous le Second Empire, il s’exile pendant un temps. A la chute de Napoléon III, en septembre, il est désigné comme maire de Paris, avant d’être réélu député des Pyrénées-Orientales, en 1871. Devenu, en 1879, conservateur du Musée du Luxembourg, il meurt à Paris, en 1892.

Jacques, un autre fils de François-Bonaventure, né à Estagel en 1790, a été également un auteur dramatique à succès, un très bon dessinateur et un inlassable globe-trotter (tour du monde sur l’Uranie avec Fressinet) Il est mort aveugle, en 1855 à Rio de Janeiro au Brésil.

Jean, né en 1788, militaire entre 1805 et 1813, il remplace son père à la caisse de la Monnaie de Perpignan. Mais en 1816 il est révoqué par l’Administration suite à une dénonciation calomnieuse. Il part alors au Mexique, où il prend part à la guerre d’Indépendance, il meurt en 1836.

Victor, autre fils de Bonaventure, né en 1792 à Estagel sera militaire. La seul distinction est une action d’éclat au siège d’Anvers en 1832 qui lui vaut la Légion d’Honneur. Les traces laissées par Victor sont celles d’un homme imposant le respect.

Joseph, autre frère de François, né en 1796 à Estagel, après des études sommaires, il sert dans les armées de 1813 à 1827. Il rejoint son frère Jean au Mexique en 1827, et devient José, en 1836 il se marie avec Maria de la Luz Palomino. Il décède le 19 décembre 1860 à Tacubaya.

Un des fils de François, Emmanuel, né à Estagel en 1812, a choisi la carrière juridique et est devenu un avocat de renom. En 1848, il a pris part à la révolution avant d’être nommé commissaire de la République à Lyon. Il a été élu député des Pyrénées-Orientales en même temps que son père et son oncle, avec plus de 80°/° des voix. Comme eux il s’oppose au coup d’état de 1851 et à l’Empire. Élu député de la Seine, en 1869, il devient membre du gouvernement de la Défense Nationale en 1870. Il redevient député des Pyrénées-Orientales et siège à la gauche de l’hémicycle, puis devient sénateur, en 1876. De 11881 à 1884, il exerce en outre les fonctions d’Ambassadeur de France à Berne. Il meurt à Paris, en 1890.

Un autre fils de François, Alfred, né en 1815, allergique à la politique, est peintre, élève de Delaroche et Ingres, il a aussi le génie de l’écriture. En 1852, il est nommé inspecteur général des Beaux Arts. Il meurt en 1892. Il a fait don de 3 tableaux à l’église d’Estagel et plusieurs de ses œuvres sont au Musée Rigaud à Perpignan.

Le premier Arago que nous trouvons sur Estagel est Arago Mathias né vers 1635, décédé après le 14-05-1715 marié avec Francisca un de leurs 12 enfants : Antoine François Arago 1652-1716 est prêtre bénéficier à Estagel
l’arrière petit fils de Mathias -François Raymond Bonaventure Arago né le 30-01-1754 à Estagel+ le 24-12-1814 à Perpignan marié le 12-08-1878 à Corneilla de la Rivière avec Marie Anne Agathe Roig Ils auront 11 enfants

  • Marie Arago

    Marie Roig épouse Arago

    Marie Rose o 14-09-1779 Estagel +16-06-1780 Estagel

  • Marie Thérèse o 08-11-1780 Estagel +17-11-1780 Estagel
  • Marie Rose Emérentiane o 31-08-1782 Estagel + 15-10-1832 Estagel
  • Marie Victoire Françoise o 07-12-1783 Estagel +12-12-1783 Estagel
  • Dominique FRANÇOIS Jean o 26-02-1783 Estagel + 02-10-1853 Paris
  • Jean MARTIN o 20-05-1788 Estagel + — 09-1836 Mexico
  • JACQUES Étienne Victor o 06-03-1790 Estagel + 27-11-1854 Rio de Janeiro
  • Pierre Jean VICTOR o 06-03-1790 Estagel + 13-04-1857
  • JOSEPH Honoré o 02-05-1796 Estagel + 19-09-1860 Mexique
  • Marie Thérèse Gaudérique Marguerite o 14-03-1798 Estagel + 09-04-1859
  • ÉTIENNE Vincent o 08-02-1802 Perpignan + 07-03-1892 Paris

(Les prénoms en majuscule sont les prénoms usuels)

Livres à lire

  • « Les Arago François et les autres » de François Sarda
  • « Les Arago acteurs de leur temps » Archives des P.O.
  • « Étienne Arago 1802-1892 Une vie un siècle » de Muriel Toulotte.
  • « Ampère, Arago et Fresnel » trois hommes, trois savants, trois amis 1775-1853 de Claude Brezinski
  • « Des hommes et le Roussillon » Biographies de Jean Rifa et Patrice Teisser-Dufour